Stratégie : Découpler activité et revenus


rouages

Bonjour à toutes et à tous. Comme vous le savez sans doute (ou pas), je suis auto-entrepreneur – vendant des espaces publicitaires, des prestations SEO et des livres numériques. Avec ce statut, la seule contrainte administrative est de reporter son chiffre d’affaire et de payer taxes calculées sur ce CA, mais vous n’avez pas à avoir deux comptes en banque séparés comme c’est le cas avec les entreprises traditionnelles. C’est conseillé mais pas obligatoire. Du coup, jusque septembre 2012, un compte en banque servait à la fois à mon activité et à moi. C’était avec le même compte en banque que je payais les dépenses liés à mes sites – nouveau matériel informatique, RSI, hébergement… – mon emprunt étudiant, mais aussi ma nourriture, mes voyages, mon loyer… Découvrez dans cet article comment et pourquoi je change désormais ma gestion financière.

Une gestion confortable…

Jusqu’ici, cette gestion soft me convenait correctement, car :

–  Je disposais d’un crédit d’impôts (ACRE)

–  Je vivais comme un étudiant, avec mes parents pouvant me donner un coup de main en dernier recours

Bref, jusqu’ici, j’avais de faibles dépenses, de faibles besoins, et mes parents derrière moi si besoin est…

Des dépenses croissantes

Aujourd’hui, je développe mon activité à tour de bras, ce qui implique des coûts supplémentaires – nouveau design, collaborateurs… Alors même que mon chiffre d’affaire a doublé en un an, mes dépenses d’exploitation ont elle été multiplié par 6. Désormais, chaque fois que je gagne 100€, j’en dépense 14 pour mes sites contre 5 l’année dernière.

J’aide financièrement ma copine, mon exonération de charge se termine – je paie désormais le RSI – et ne souhaite demander l’aide de mes parents en cas de mauvais mois…

Bref, d’un côté, mes coûts de vie sont très fortement croissants.

Et des flux financiers variables

Mes revenus sont variables d’un mois à l’autre. Il m’arrive certains mois de gagner 3 fois plus que les mauvais mois. D’un autre côté, mes dépenses sont elles aussi variables. Il y a une part de fixe – mon emprunt étudiant, la nourriture – mais les dépenses sont nettement variables : loyer (il se paie une fois tous les 3 mois en Chine), billets d’avion, visa, investissements liés à mes sites web.

Bref, mes revenus et dépenses sont variables, mais il n’y a aucune corrélation entre les deux. En avril dernier par exemple, j’avais du, entre le voyage de sortie de Chine (contrainte administrative), le loyer, mon emprunt étudiant, et des investissements concernant mes sites, payer plus de 2 300 euros avant même de pouvoir manger alors même que, ce mois là, mon chiffre d’affaire a atteint 900 euros… J’ai du emprunté 500 euros et utilisé la totalité de mon découvert autorisé, soit – 2000 euros…

Alors, certes en Juin, j’ai gagné 3 500 euros, ce qui m’a permis de renflouer ma trésorerie, mais cette gestion à flux tendu sans aucune marge de sécurité – qui me cause parfois des gros moments de stress – ne me convient plus. J’ai décidé de réagir.

Echec #1 : Payez-vous en premier

Une stratégie financière bien connue consiste à se payer en premier une partie de ses revenus avant toute chose, et de se débrouiller avec le reste. Quand je vivais à Paris, je mettais 15% de mes revenus de côté avant toute chose. Mais c’était une chose relativement facile : je gagnais entre 3 000 et 3 500 euros net par mois entre mon emploi et mes sites Internet. Je gagnais beaucoup, et 50% de mes revenus (mon salaire) était stable, je pouvais donc me payer en premier.

La stratégie a payé : en un trimestre, j’ai mis près de 1 500 euros de côté, remboursé des dettes personnelles (dettes de vacances en Thaïlande) et renouvelle mon matériel informatique (mon PC) en payant comptant.

Mais depuis que je ne vis que de mes sites web, mes revenus ont baissé et sont bien plus instables. Se payer en premier est bien quand on peut prévoir ses revenus et ses dépenses, mais pas dans le cas d’un auto-entrepreneur dont les revenus peuvent très bien être à 0 durant un mois donné.

Prise de conscience

Pour faire face à la hausse inexorable de mes dépenses et la variabilité de mes revenus, ma stratégie fut d’augmenter le périmètre de mon activité. Nouveau blog, lancement de livres, mon chiffre d’affaire a augmenté de 30% au cours du premier semestre 2012.

Cette hausse substantielle fut bénéfique – il est toujours bon de développer son chiffre d’affaire – mais n’a pas résolu les problèmes de gestion de fond, à savoir la faiblesse et la variabilité de mon chiffre d’affaires. Pour résoudre ce problème, il aurait fallu non pas 30% de hausse mais 100 à 200% de hausse de chiffre d’affaire et une stabilisation de mon activité.

120 euros de dépenses pour 100 euros de recette

Cette hausse n’a fait que repousser le problème ; et en juin lorsque je suis revenu de Chine, j’avais un découvert de 2 000 euros. En faisant mes comptes détaillés, j’ai réalisé que je dépensais 120 euros à chaque fois que je gagnais 100 euros… Ce n’était pas durable. Puisque gagner plus ne suffit pas, j’ai mis en place un plan d’action en plusieurs étapes.

Etape 1 : Gagner plus (Revenus : 135, Dépenses : 120)

Je compte lancer de nouveaux blogs et de nouvelles activités : livres, formation… Je compte augmenter mon chiffre d’affaire de 30 à 40% au cours des 6 prochains mois. Au lieu de gagner 100, je gagnerai 130 à 140 pour 120 de dépenses. C’est une bonne étape, mais cela ne résout pas le problème des variations de revenus et de l’augmentation des dépenses.  En effet, gagner 135 pour un niveau de 120 est insuffisant pour payer mes charges sociales, impôts liés à mes sites et pouvoir épargner et investir dans de nouveaux projets.

Etape 2 : Dépenser moins (Revenus : 135, Dépenses : 90)

Comme je vous le disais dans cet article, j’ai cost-killé mes dépenses. Je n’ai plus de voiture, j’ai étalé mon emprunt étudiant, j’ai souscrit une convention Jazz Horizon pour ne plus payer de frais bancaires… Grâce à quoi, à chaque fois que je dépensais 120€, je ne dépenserai désormais plus que 90€.

Etape 3 : Mensualiser mes dépenses

Je compte faire mensualiser la quasi-totalité de mes dépenses. Cela diminue de la variance dans mes flux financiers et me permet de faire de l’épargne forcée. Par exemple, je préfère payer 200 euros par mois d’impôt que 2 400 euros à la fin de l’année. Au moins, les 200 euros partent automatiquement chaque mois, et il n’y a pas de mauvaise surprise en fin d’année. Certains diront que je perds les intérêts, mais bon, vu les misérables intérêts du livret A, je ne perds pas grand-chose au change.

Bref, j’ai contacté le RSI pour faire mutualiser ma sécurité sociale (auparavant : paiement trimestriel), je compte mensualiser mes impôts sur le revenu… Et j’ai mis en place un virement automatique pour approvisionner le remboursement de mon emprunt étudiant en temps et en heure, ma conseillère bancaire râlant que je ne provisionne mon compte que par a-coups imprévisibles.

Auparavant, je ne payais que mon emprunt étudiant que lorsque je gagnais de l’argent. Du coup, certains mois, je ne provisionnais 0 euros et je devais payer plus de 1 000 euros le mois d’après… Désormais, 418 euros arriveront tous les 1 du mois pour mon emprunt étudiant. Pas un centime de plus ou de moins.

Importance d’un matelas de sécurité

J’ai pris conscience de plusieurs choses :

–  Importance d’avoir un important matelas de sécurité. La majorité de mes amis disposent de 5 000 à 50 000 euros d’épargne disponible. Pratique en cas d’imprévu ou pour pouvoir financer des projets de vie : immobilier, mariage… Moi j’étais toujours à 0.

Or, un ami consultant m’a parlé de 4 mois où il avait gagné 0 euros, et d’une fois où il avait du payer en l’intervalle de 2 mois 18 000 euros d’arriérés à l’URSSAF. Heureusement, il avait 50 000 euros de côté, sinon il aurait du mettre la clé à la porte à plusieurs reprises. Il me conseillait donc de mettre 30% de mon CA de côté pour faire face aux coups durs de la vie d’entrepreneur…

Etape 4 : Salarisation

J’ai décidé de redevenir salarié. Salarié actionnaire à 100% de mon activité Internet. Concrètement, qu’est-ce que cela change pour moi ?

–  Un compte en banque servira uniquement aux dépenses professionnelles

–  L’autre servira uniquement aux dépenses personnelles

Concrètement :

1/ Cela différencie l’entreprise de moi-même. J’ai attendu 1 an pour investir dans un nouvel appareil photo numérique. En différenciant « entreprise » et « dépenses personnelles », je n’aurai pas tant attendu aussi longtemps. Désormais, les problèmes d’entreprises sont indépendants de mes problèmes personnels. En cloisonnant ainsi, j’évite qu’un aspect financier ne contamine les autres à l’instar de la crise des subprimes, où un produit véreux a contaminé la totalité de l’économie.

2/ Cela limite mes revenus. Jusqu’ici, j’avais une gestion « illimitée » de mes finances. Peu importait si j’avais de l’argent ou pas sur mon compte, je ne faisait pas attention à ce détail mineur sachant que 1/ J’ai des revenus qui tombent régulièrement et 2/ Mon chiffre d’affaire est croissant.

Mauvaise habitude. Même en gagnant bien sa vie, il faut faire attention à ses comptes. Désormais, je suis comme un salarié. Je me suis calculé un salaire de façon à vivre correctement et de pouvoir épargner l’essentiel de mon chiffre d’affaire. Et désormais, plus de découvert possible. Si je n’ai plus d’argent, je n’ai plus… d’argent

 Mon salaire : 536€ par mois

J’ai décide de me rémunérer 90% du SMIC, soit l’équivalent du SMIC compte tenu que je ne m’accorde pas de congés payés. Je me rémunère donc  1 118,36 euros par mois, soit un virement hebdomadaire de 225,08 euros.

Ce salaire est adapté au coût de la vie local. Par exemple en Chine, la vie étant moins chère, je me rémunèrerai ainsi :

–  Chine : 123,79 euros par semaine (minoration de 45%)

Lorsque j’irai passer 2 semaines de vacances au Japon, le coût de la vie étant important, je me rémunérerai ainsi :

–  Japon : 258,84 euros par semaine (majoration de 15%)

Autres formes de rémunération

Je n’aime pas le concept de salaire – les revenus fixes, ce n’est pas très funky -donc j’ai décidé de faire en sorte de créer bonus et incentives pour me pousser à aller dans la bonne direction.

Outre mon salaire, je toucherai également :

–  Une majoration de 96 euros la première semaine de chaque mois pour payer ma part de loyer au titre de local professionnel (je travaille depuis mon domicile)

–  Des primes par projets : 20€ par projet web mené à son terme (refonte graphique…), 50€ par blog ou livre lancé, 30% du chiffre d’affaire au-délà de mes objectifs di mois…

–  50% de mes dépenses de formation (par exemple les cours de Chinois)

–  Une prime de voyage, de 60 euros par voyage + 20 euros par jour de voyage (limite : 150€ par mois). Comme mes voyages sont toujours à 50% pour le plaisir et 50% pour des raisons professionnelles, il me semble logique qu’une partie soit payée par moi-même et l’autre par l’entreprise. Et cette prime me permettra de plus voyager, donc de développer mes blogs de voyage et mon activité web.

Par exemple, lorsque j’irai au Japon (2 semaines), je disposerai d’un budget de 667,68 EUR (258,84 euros par semaine de salaire + 150 euros de prime voyage). Au delà ? Je devrais épargner ou limiter mes dépenses sur place.

Résumé :

Pour m’enrichir, j’ai décidé de mettre en place un système de contrôle des coûts efficace. Cela inclut :

–  Le développement de mon activité : +30% S1-2012, +30 à +40% prévu au S2-2012

–  Le contrôle des coûts (cost-killing)

–  La mensualisation de mes dépenses

–  La différenciation de mes dépenses personnelles et professionnelles

Je dispose actuellement de 3 comptes bancaires :

Compte 1 : Il recevra 100% du chiffre d’affaire de mon entreprise. Depuis ce compte sera payé les dépenses suivantes :

–  RSI et URSSAF

–  Dépenses de fonctionnement et investissement (dépenses pro)

–  Dépense professionnelles : frais de visa, frais d’avion long-courrier pour la Chine

–  Masse salariale (dépense collaborateurs)

–  Emprunt étudiant (virement automatique vers le compte 2)

–  Dons associatifs

– Bonus et incentives (prime projet, local professionnel, formation…)

Le reste (Chiffre d’affaire > Dépense) servira à créer de l’épargne professionnelle pour servir de :

– Réserve d’investissement

– Réserve pour payer taxes et autres impôts

– Réserve pour pouvoir faire des avances sur salaire en cas de coup dur

Au délà d’un certain niveau d’épargne, une possible revalorisation de mon salaire sera possible.

Compte 2 : Sert à rembourser mon emprunt étudiant. Il recevra 418 euros par mois en virement automatique de la part du compte 1 et ne servira qu’à cette fin.

 

Compte 3 : Sert de compte courant ou de compte personnel. J’y recevrai mon salaire, l’allocation de local professionnel et autre bonus et incentive afin de payer la totalité de mes dépenses personnelles hors emprunt étudiant.

Le reste (si revenus > Dépense) servira d’épargne personnelle.

Synthèse

Mon mode de fonctionnement peut sembler alambiqué, mais est tout à fait réglementaire puisqu’en tant qu’aiuto-entepreneur, je n’ai pas de justificatif à rendre compte sur les dépenses. Le but d’agir ainsi sera de :

– Limiter les risques (épargne perso n’est pas épagne pro)

– M’habituer à un fonctionnement proche des entreprises classiques, où le compte en banque de l’entrepreneur n’est pas le compte en banque de l’entreprise

– Constituer une épargne de sécurité

– Constituer un capital social pour le jour où je monterai une société

Qu’en pensez-vous ? A bientôt

You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Stratégie : Découpler activité et revenus”

  1. […] à toutes et à tous. Comme vous avez pu le lire dans cet article, j’ai décidé récemment de mettre en place une stratégie financière de manière à limiter le […]

  2. Fabrice dit :

    Bonjour Martin,

    je pense que ta stratégie qui consiste à devenir salarié de ta société est une excellente idée.
    Mention spéciale aux bonus que tu t’accordes en fonction de tes résultats ou de tes besoins.

    L’enrichissement commence par l’optimisation de ses recettes/dépenses, et pour cela il faut définir des régles très claires… et si tenir sur la durée.

    Sinon je voulais revenir sur ton échec concernant l’application de la stratégie financière « paye toi en premier ».
    Je pense qu’elle fonctionne très bien pour les salariés qui ont des revenus qui ne fluctuent pas trop d’un mois à l’autre, mais clairement pour quelqu’un comme toi qui peut connaître des variations de 1 à 3, ce n’est tout simplement pas gérable.
    Ou alors il faut que tu appliques aussi un coefficient dessus. Sous tel seuil, tu ne prélèves que X%, sous tel autre tu passes à XX% et si tu exploses les scores tu peux monter jusqu’à XX%

    A bientôt

    Fabrice

  3. Martin dit :

    Bonjour Fabrice

    Merci pour ton commentaire en retour 🙂 Pour le moment, je tiens sur la durée. j’ai préféré emprunter un peu de sous à mon colloque que taper dans le compte pro pour finir la semaine.

    Pour « se payer en premier », ca marchait étant salarié, car ayant un salaire + mes rev d’auto-entrepreneur, les variations étaient limitées et mes revenus plus élevés. Sinon ton autre idée de coefficient est bonne, mais après peut etre difficile en pratique non?

    A bientôt 🙂

    Martin

  4. Fabrice dit :

    Je te confirme qu’elle n’est pas simple à mettre en place, mais cela marche avec un peu de pratique.

    Personnellement je fonctionne de cette manière depuis 2 ans. Comme en de mon salaire j’ai des revenus complémentaires assez fluctuant (blogging, paris sportifs parrainage), je définis par défaut un prélèvement minimum et quand j’ai des bons mois j’augmente la somme à rediriger vers mon épargne.

  5. Martin dit :

    Il faudra que j’essaie alors, mas pour le moment, j’ai mis en place un système qui semble marcher, donc je vais persévérer dans ma voie avant de chercher d’autres techniques pour tenir sur le long-terme.

    A bientôt 🙂

  6. Fabrice dit :

    Tu as totalement raison de privilégier ce qui fonctionne pour toi et pas spécialement le système qui théoriquement est le meilleur.
    Si je prends la manière dont je gère mes comptes persos, quelqu’un d’extérieur te dirait que c’est une véritable usine à gaz, et il aurait raison.
    Mais il se trouve que cette usine répond exactement à mes besoins, donc je n’en change pas 🙂

    Sinon, est-ce que tu as une dispo la semaine prochaine pour qu’on se fasse une petite séance de bavardage sur Skype ? La rentrée est passée et je commence à souffler un peu.

  7. martin dit :

    Bonjour Fabrice

    Ton système est sans doute meilleur, je n’en doute pas, mais j’ai galéré à trouver un meilleur système que le précédent (qui était plutôt un non-suystème) donc je souhaite le roder dans un premier temps.

    OK pour Skype c’est quand tu veux. A bientôt et n’hésite pas à lire le dernier article tu me diras ce que tu en penses?

  8. Bravo pour ta franchise dans ton article !

    Ce n’est pas toujours facile de gagner sa vie sur internet, la publicité çà rapporte très peu à part d’avoir un trafic énorme, tu dois chercher d’autres forme de revenus pour gagner davantage.

    Gagnez, vous voulez gagner ! Vous en avez marre de subir des échecs les uns après les autres, vous avez droit vous aussi à devenir quelqu’un de bien, bien dans sa peau, bien dans sa vie, et tout cela est un état d’esprit, mais qui doit être très profond, ancrer au plus profond de vous-même. Et pour gagnez vous devez changer votre état esprit, changer la façon de voir les choses qui vous entourent et qui vous arrivent, changer votre manière de penser, éviter de vous auto-saborder. Sachez que vous aussi, vous avez droit à voir et à saisir toutes ces opportunités qui se présentent devant vous et à GAGNEZ pour de bon et pour longtemps. Et après, vous ne serez plus jamais comme avant, vous rejoindrez le clan des gagneurs, le clan de l’élites où tout leur réussi et vous marcherez sur les plus hautes marches du podium et vous surferez sur la vague du succès et de la réussite. Il existe une méthode pour vous aider à Gagnez regardez ici mon dernier article: Gagnez – La méthode pour gagner

Leave a Reply

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.

Stratégie Argent
Top