La dette: ce boulet


boulet

La dette c’est un outil qui peut être utile, mais qui peut être extrêmement dangereux. Comme le feu. Le feu peut maintenir au chaud, cuisiner. Mais le feu tue, le feu brûle au troisième degré… Je m’en rends compte de plus en plus, et c’est quelque chose que je souhaite éviter au plus. Explications

Bonne dette

La dette peut être quelque chose de positif. Disons dans 5% des cas. Lorsqu’on a vraiment besoin d’argent pour acheter un actif qui est vital (voiture pour aller au travail), ou qui rapporte plus qu’il ne coûte (investissement).

Mauvaise dette

Mais il vaut mieux éviter d’emprunter de l’argent à une banque car la dette rend esclave l’emprunteur.

– Disneyland tout comme Eurotunnel sont désormais structurellement rentable, mais continuent d’être déficitaires, à cause du paiement des intérêts.  A l’inverse, le Puy du Fou ou Europa Park sont très rentables (le Puy du Fou est plus rentable qu’EuroDisney avec 10 fois moins de visiteurs) car ils préfèrent réinvestir leurs bénéfices petit à petit plutôt que de voir les choses en grand dès le début.

 

– Pour une voiture, il est possible d’acheter des voitures à 500 euros. Ou un vélo ou scooter électrique à 200 euros.  Désormais, je préfèrerai acheter un vieux tacot cash que d’emprunter pour une voiture

Je galère à rembourser mes 22 000 euros d’emprunt étudiant. Alors emprunter 22 000 euros pour une voiture, jamais. J’ai mis plus d’un an à rembourser ma voiture (2000 euros). Beaucoup trop long à mon goût. Mieux vaut économiser et acheter cash qu’amputer ses revenus par une dette. Quitte à ne pas acheter le dernier produit à la pomme. Est-ce vital?

 

Emprunts immobilier

Pour l’immobilier, il est souvent difficile de ne pas emprunter. 8 millions de familles aux USA – l’équivalent d’une toutes les 10 secondes – a déjà perdu leur logement. En Espagne, les jeunes emprunteurs s’endettent parfois sur 50 ans. Non mais sans déconner. J’ai 25 ans, m’endetter sur 50 ans, soit 75 ans ? Quel intérêt ? Quitte à devoir payer toute sa vie, autant payer un propriétaire et garder de la flexibilité et attendre des prix plus bas.

Non vraiment. Je préfère vivre en colocation jusqu’à 30 ou 35 ans ou vivre dans un clapier que de devenir esclave de ma banque durant des décennies. Qui sait ce qui peut bien se passer en 30 ou 40 ans ? Des guerres, la fin du pétrole ? Un ami dispose de 50 000 euros d’économie et a limité l’emprunt sur 10 ans. 10 ans c’est déjà énorme, ca me semble un maximum acceptable

Autre solution : ne rien emprunter. Les parents de ma copine ont construit eux même leur maison petit à petit au fur et à mesure que leurs revenus arrivaient. Ils disposent d’une grosse maison de 150m² avec 0 dettes. 0. Un ami de ma copine est charpentier, et je disais, sans plaisanter, que j’accepterai de travailler plusieurs mois pour lui BENEVOLEMENT pour apprendre à construire une maison en bois.

Absurdité du modèle

Je suis un peu comme un enfant qui aime questionner les choses qui semblent évidentes. Il m’a toujours semblé absurde de travailler 30 ans pour rembourser une maison, quand il est possible de la construire soi-même pour une fraction du prix. Quel intérêt de vouloir devenir propriétaire à tout prix au risque de passer à côté de la vie ? Idem pour les voitures. Les gens achètent une voiture pour aller au travail, mais ils travaillent pour payer la voiture.

Des chercheurs ont montré que si on compte le temps passé en voiture (trajets, bouchons, temps de travail pour se payer la voiture) et le kilométrage total, la voiture est plus lente que le vélo, et à peine plus rapide que la marche à pied. Comptez : 4 000 euros par an pour faire 15 000 km, on a déjà vu mieux…

Je préfère habiter un clapier et aller au restaurant/ciné/film/dons aux ONG plutôt que d’habiter une grande maison qui me pompe la totalité de mon argent disponible. Quitte à avoir 15 000 euros, je préfère monter une boîte d’import/export, acheter un scooter électrique ou faire un tour du monde plutôt que d’acheter une voiture… Mettre un ou deux mois de salaire pour une voiture, ca me semble largement suffisant.

 

La dette est dangereuse 

La dette est dangereuse. C’est un outil très dangereux, comme la radioactivité, qui est à manipuler avec une extrême précaution… Avoir de l’épargne est sain : cela permet de financer la retraite, l’entrepreneuriat, le logement, les grands projets de vie… Et en cas de coup dur de la vie  (chômage, guerre civile), mieux avoir de l’épargne. En cas de guerre civile, mieux vaut avoir beaucoup  beaucoup d’argent à disposition pour s’en tirer…

La dette peut même conduire à la mort (Je lisais deux articles de suicidés à cause de leur dette (ici et )) ou à des situations dramatiquement dangereux. Aux USA, 1 étudiant sur 6 se déclarera en faillite à cause des emprunts étudiants. La dette a été multipliée par 6 en 15 ans, atteignant 1 000 milliards aux USA… (source : Rue89)

 

La dette : difficile de s’en sortir

La dette est un outil pernicieux. Lorsque j’habitais à Paris, je gagnais 2 000 euros brut par mois + primes. Un salaire pas énorme mais pas ignoble non plus. Selon inegalites.fr, 47% des salariés gagnaient moins que moi. Mais ce n’était pas suffisant.

– Salaire net : 1 600 euros

– Emprunt étudiant : 540 euros

– Loyer (16m², un château, cherchez l’ironie) : 630 euros

– EDF : 40 euros

– Internet : 30 euros

– Dette étudiant : 90 euros (dette familiale)

Il ne me resterait donc que 270 euros par mois pour vivre…  Or, je mange pour 200 euros par mois. Il ne me restait donc que 70 euros pour la santé, la voiture, les vacances, les cadeaux, le téléphone… Heureusement, je gagnais 1 500 euros supplémentaires avec mes sites Internet, ce qui m’a permis de vivre malgré tout et d’épargner un peu, mais au prix de 12 à 13 heures de travail par jour.

 

Ma stratégie pour lutter contre la dette

Pour lutter contre la dette, il y a 3 leviers à activer :

– Gagner plus

Contrôler les dépenses

Vraiment vouloir se désendetter

De mon côté, un peu par hasard, j’ai utilisé le système au meilleur escient. Ma copine partant en Chine, je l’ai suivi… Travaillant sur Internet, j’ai gardé mes revenus d’Occidental, avec un coût de la vie à la Chinoise…  Mais le coût de la vie demeurait élevé :

– Logement en centre-ville de Pékin

– Ma voiture, restée en France, continuait à ma coûter cher

– Etc…

Du coup, je me suis débarrassé de ma voiture, et habite désormais dans la banlieue lointaine de Pékin, à 30 km du centre-ville. Et ai résilié pas mal de trucs en France, comme l’abonnement de téléphone ou l’assurance voiture.

Bref, j’ai hacké le système.

Aujourd’hui, je gagne 30 à 40% de moins qu’à Paris, je vis bien mieux, je rembourse mes dettes sans difficultés et travaille 2 fois moins qu’à Paris.

Mes dépenses contraintes : taillées à la hâche

Je dépense aujourd’hui :

– Loyer :                 75 euros par mois

– Chauffage :          0 euros par mois (inclus dans le loyer)

– Internet :              6 euros par mois

– Electricité :           3 euros par mois

– Voiture :               0 euros par mois (je n’ai plus de voiture)

– Téléphone :       20 euros par mois

– Nourriture :       160 euros par mois

Je dépense 10 à 15 euros de courses par semaine, et 120 euros dans les restaurants. Je ne mange quasiment qu’au restaurant. En dessous de chez moi, le menu coûte 1,80 euros alors pourquoi cuisiner ?

–  Transports :       100 euros par mois

Le métro coûte peu cher à Pékin. Je prends souvent le bus ou les taxis collectifs pour rejoindre ma banlieue. Pour les petits trajets près de chez moi (pour aller au supermarché, au mc do ou à la salle de sport) je prends le taxi. Comptez 1 euro par trajet.

Bref, aujourd’hui, je vis dans un appartement neuf à 30 km de la cité interdite, je vais tous les jours au restaurant, je prends le taxi presque tous les jours, et tout ceci me coûte 360 euros par mois. Deux fois moins que le loyer seul que je payais à Paris… Et encore, je pourrai dépenser 200 à 250 euros par mois en faisant un peu plus attention aux dépenses et sans trop me priver…

Vous savez ce qui est le mieux? Je ne compte plus. Je ne vais pas dans les endroits de luxe, je prends souvent des taxi collectif et autre. Je reste simple. Mais quand je veux manger des raviolis Pékinois au resto en bas de chez moi, j’y vais comme si j’allais acheter une baguette ou un ticket de bus en France. Sans me poser de questions: ais-je les moyens…

Certains me diront que je profite des bas coûts de la Chine… Le salaire de base à Pékin est de 400 à 500 euros par mois, mon mode de vie est accessible au Pékinois moyen… Quand aux étrangers, en moyenne, il suffit de travailler 5 à 10 heures par semaine en tant que professeur de langue pour pouvoir vivre convenablement à Pékin…

Certains diront : oui mais c’est difficile de partir à l’étranger, je ne peux pas… C’est faux, il suffit de le faire. Just do it. Je suis parti sans rien à Pékin. A Pekin, on trouve un logement ou un travail en quelques jours (voire en quelques heures, je ne plaisante pas, ma copine reçoit souvent des réponses positives quelques heures après envoyé son CV), et pour le reste, il suffit d’être un peu débrouillard. Lire aussi : Partir à l’étranger : just do it

Hacker le système

J’ai hacké le système. Au lieu de devenir esclave d’un emploi à Paris me permettant à peine de vivre,  en partant en Chine, je peux :

– Rembourser ma dette facilement

– Voyager

– Vivre mieux en travaillant moins

– Développer de nouvelles compétences : Chinois notamment

Je vais essayer de profiter de la vie en Chine pour revenir bilingue en Chinois (et augmenter mes compétences) et avec au moins 5 000 à 10 000 euros d’épargne. Qu’en pensez-vous ?

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.

Stratégie Argent
Top